Annexion du Tibet : entre colons oligarques et faux libérateurs

C’est aujourd’hui le soixante-quatrième anniversaire du débarquement de l’armée chinoise à Chamdo, marquant le début d’une guerre qui allait durer plus d’un semestre. Celle-ci a abouti à l’annexion du Tibet.

Par cette intervention coloniale, la bureaucratie de Mao aura pillé les habitants de ce pays tout en imposant l’austérité à son propre peuple, pour engraisser les castes dirigeantes. Elle appliquait donc à l’extrême ce capitalisme qu’elle osait prétendre combattre.

De nos jours, le régime chinois dirige toujours le Tibet d’une main de fer. Elle y neutralise la population en la privant de libertés et réprime les protestations encore plus qu’elle ne le fait sur le reste de son territoire.

Mais si cette impérialisme est inacceptable, ce n’est absolument pas l’État religieux proposé par le dalaï-lama qui peut constituer une alternative. Malgré des thèses pacifistes de ce dernier avec lesquelles on ne peut qu’être d’accord, comme le refus des guerres ou l’opposition à la peine de mort, une théocratie est intrinsèquement vouée à être une dictature totalitaire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s