Qu’il vienne de France, de Chine, ou d’ailleurs, un capitaliste reste un capitaliste

Le gouvernement français envisage de privatiser l’aéroport de Toulouse. Suite à cette mise en vente, trois entreprises, deux françaises et la troisième chinoise, ont proposé des offres avec des prix dérisoires.

Selon certains experts, la moins mauvaise des propositions viendrait de la société asiatique, ce qui contraindrait l’État à adjuger le bien en question à cette dernière. À ce titre, des voix s’élèvent à gauche comme à droite pour que ce soit l’un des deux autres candidats qui obtienne l’aéroport, au nom du « patriotisme économique ».

Ces revendications protectionnistes sont ridicules, tant ces grands groupes se valent quelque soient leurs nationalités. Tous sacrifieront donc les intérêts des usagers et employés pour maximiser les marges de leurs patrons multimillionnaires et milliardaires.

Pour que ces activités assurent réellement une mission de service public, il ne faut pas les mettre entre les mains de capitalistes plutôt que d’autres, mais les placer sous le contrôle de l’ensemble de la population. Mais les notables politiques tiennent trop à cette gestion centrée sur la course aux profits pour préconiser cela.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s