Peu importe le cadre institutionnel, le capitalisme n’en sera pas moins néfaste

Le mouvement Podemos, groupe politique espagnol classé à gauche, poursuit sa campagne pour réclamer le remplacement de la monarchie constitutionnelle en vigueur par une république parlementaire.

Changer de régime ne servira strictement à rien, dans la mesure où aucun chef d’État, qu’ils soit président, roi ou autre, ni nul autre mandataire institutionnel, ne détienne réellement le pouvoir. Les véritables souverains sont des gens non-élus, à savoir les patrons des grandes entreprises.

Le seul moyen d’instaurer une véritable démocratie est donc d’exproprier ces milliardaires de leurs richesses mal acquises par des luttes collectives des travailleurs. Or, ce parti réformiste s’en remet à l’utopie selon laquelle on pourrait se passer des révolutions.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s