Nous perdrions beaucoup à crier victoire trop vite

Les élections législatives en Grèce se sont soldées par un score élevé pour SYRIZA, si bien qu’avec le KKE (autre parti classé à la gauche radicale), les deux groupes cumulent la majorité absolue. Ces mouvements avaient promis, dans leurs programmes électoraux, de remettre en cause les politiques anti-ouvrières en vigueur.

Mais la « gauche de la gauche »  était déjà arrivée au pouvoir dans plusieurs pays, sans que cela mettent fin à l’exploitation des masses populaires par le patronat. Je ne vois pas en quoi cette nouvelle équipe ferait mieux que les autres, surtout quand on sait que la plupart des dirigeants des partis concernés reconnaissent eux-mêmes ne pas être communistes.

Les résultats du scrutin ne doivent surtout pas servir de prétexte aux travailleurs pour mettre fin aux révoltes. Aucun gouvernement, fût-il prétendu « socialiste », ne pourra remplacer les luttes collectives prolétariennes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s