Un chef de gouvernement au secours des bourgeois de son pays

En visite officielle à Pékin, Manuel Valls appelle à un « rééquilibrage » des échanges commerciaux entre la France et la Chine, en faveur des entreprises de son pays. Il s’indigne du fait que les grands groupes de l’hexagone soient contraints d’importer deux fois et demi plus chers en provenance de l’État maoïste qu’ils n’exportent vers lui.

Pourtant, les patrons milliardaires du pays de Valls enregistrent, malgré les déficits faits avec l’Asie, des bénéfices assez gros pour s’assurer d’énormes dividendes. Je ne vois donc pas en quel honneur ils seraient à plaindre.

Ces affaires de répartition de la balance commerciale ne relèvent de rien d’autre que de conflits entre les capitalistes français et les capitalistes chinois. Si le premier ministre a décidé de prendre parti, les travailleurs n’ont quant à eux aucune raison de faire de même.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s