Quand nos dirigeants sacrifient les services publics, ils n’oublient pas l’éducation

La « réforme du collège » voulue par le gouvernement français supprime des possibilités d’options telles que les cours de latin et de grec, mais aussi la « section européenne », qui proposait un renforcement en anglais, alors même que le niveau en la langue de Shakespeare dans ce pays est déjà l’un des plus bas du monde.

Durant la campagne pour les dernières élections présidentielles, le candidat Hollande avait promis de revenir sur le démantèlement du service d’éducation mis en place par Sarkozy. Une fois à l’Élysée, non seulement il n’a aucunement remise en cause le projet du précédent chef de l’État, mais l’a même aggravé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s