Quand un serviteur de la finance s’attaque à ce qui atténuait un peu les effets néfastes de celle-ci

Christian Noyer prône une nouvelle baisse du taux de rémunération du « Livret A ». Le taux d’intérêt actuel que touchent les épargnants n’excède pourtant pas un pour cent par an, tandis que celui des prêts que font les banques est rarement inférieur à quatre pour cent, et monte dans bien des cas au-delà de dix pour cent.

Puisque le gouverneur de la Banque de France juge « hors de question » la non-diminution du taux de ce livret de placement, alors les masses populaires doivent lui répondre qu’il est hors de question qu’elles ne se révoltent pas contre les oppressions qu’elles subissent au nom de la maximisation des profits des banquiers milliardaires.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s