Une « république des droits de l’Homme » qui n’est pas incapable de piétiner la liberté d’expression

Deux militantes féministes ont été arrêtées par la police et placées en garde à vue pour le simple fait d’avoir crier, lors d’une réunion intitulée « salon de la femmes musulmane », qui se tenait dans un lieu public, des idées qui ne plaisaient pas à certains organisateurs. Pire encore : des dépôts de plainte contre les intéressée sont envisagés.

Ces personnes interpellées n’ont pourtant commis aucun acte de violence, ni aucun acte troublant à l’ordre public. Elles ont en revanche été victimes de tabassages de la part de quelques uns des gens présents dans la salle.

Ce que l’on appelle « loi de 1905 » prévoit le droit absolue du blasphème. Mais cette disposition centenaire a tendance à être très facilement contournée, voire carrément bafouée, et que le système judiciaire ait cédé aux caprices d’intégristes religieux en est une preuve parfaite.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s