Dans l’agriculture comme dans tous les autres secteurs d’activités, le capitalisme opprime

Face à la colère d’agriculteurs manifestant contre la précarité qui leur est imposée, le gouvernement français s’est contenté d’annoncer une baisse des cotisations sociales.

Il est à priori normal de demander la diminution de la fiscalité qui pèse sur ces travailleurs qui bossent plus de cent heures par semaine sans gagner de quoi vivre décemment. Mais comment nos dirigeants comptent-ils financer le coût que représenterait cette aide, étant donné le fait qu’il est hors de question pour eux de lorgner sur les innombrables cadeaux faits aux grand patronat?

Par ailleurs, comme ce crédit d’impôt est proportionnelle à la masse salariale, et est, non pas réservé aux petits artisans, mais étendu à toutes les entreprises (lesquelles entreprises sont majoritairement détenues par les grands exploitants), la quasi-totalité de celui-ci risque de finir dans les poches des industriels riches à milliards.

Les maîtres de l’économie et de la finance bénéficient de l’appauvrissement des agriculteurs, par le biais des banques (qui réclament des taux d’intérêts exorbitants) et par celui de la grande distribution (qui use de sa position de force pour contraindre les producteurs de lui vendre à des prix dérisoires). Mais tout bon serviteur dévoué au capitalisme préfère enfumer les travailleurs avec des remèdes bidons que s’en prendre aux portefeuilles de la haute bourgeoisie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s