Attaquer les problèmes à la racine : quelque chose qui froisserait le capitalisme, et qui est donc automatiquement refusé par les défenseurs de celui-ci

Donald Tusk, président du Conseil Européen appelle les citoyens d’Afrique et ceux d’Orient à ne pas venir en Europe, soi-disant pour ne pas risquer leurs vies.

Il aurait pu dire la même chose mais autrement, en s’adressant cette fois à lui-même et aux autres politiciens. Il aurait alors dit : « cessons de défendre ce système accordant à une toute petite minorité de l’humanité la propriété quasi-exclusive sur l’ensemble des richesses, laquelle propriété engendre guerres et pauvreté dans les pays du tiers-monde, guerres et pauvreté qui elles-mêmes forcent de nombreux habitants des pays en question à s’expatrier ».

Monsieur Tusk accepterait-il de dire cela? Il ne fait nul doute que répondre « c’est fort peu probable » à cette question serait un euphémisme.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s