Oui à la lutte contre les discriminations, mais ne pas remercier aveuglément n’importe quel tribun faisant mine de les combattre

C’est aujourd’hui l’anniversaire de la promulgation de la « loi Taubira » ouvrant entre autre le droit à l’adoption pour les couples de même sexe en France.

Conditionner l’adoption en fonction de ce que les candidats ont entre les jambes était une atteinte inacceptable aux principes des droits de l’Homme prohibant les distinctions fondées sur le sexe. C’était aussi ridicule, car fondé sur la thèse selon laquelle l’enfant eût eu besoin d’un parent de chaque genre, mythe irrationnel qui ne tient pas compte du fait que l’instinct maternel n’existe pas chez l’humain.

On attribue le mérite de la levée de cet interdit moyenâgeuse au gouvernement d’Ayrault . C’est oublier que cette mesure est le fruit de longues luttes de citoyens pour le progressisme, l’exécutif en place n’ayant fait que suivre.

Il n’y a donc pas lieu à féliciter Taubira, qui n’a fait que son devoir de défense de la démocratie, car lever cet interdit était une chose normale, tant pour le bien des enfants en attente de foyers que pour les valeurs d’universalité. D’autant plus que la ministre qui a donné son nom à la réforme en question s’est montrée complice des politiques antisociales entraînant la précarité, qui elle-même engendre la montée de la haine envers l’égalité des droits.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s