Brexit or not brexit, that isn’t the question

Suite au référendum organisé avant-hier au Royaume-Uni, ce pays sortira de l’Union Européenne.

Des voix s’exclament pour affirmer que ce départ sera cause d’une monstrueuse apocalypse. Celle-ci est censée, d’après ce qui est dit à propos d’elle, dérégler l’économie et bloquer les échanges commerciaux entre la Grande Bretagne et les pays restés membres de l’UE.

À l’inverse, d’autres gens prétendent que ce renforcement de la souveraineté administrative de cette monarchie du Commonwealth permettra à cette dernière de pouvoir mener une politique qui soit en faveur du pouvoir d’achat du peuple.

Sur la gestion de cette société intrinsèquement mondialisée, tout véritable pouvoir appartient exclusivement aux grands actionnaires riches à milliards. Et dès lors que ni l’État britannique ni l’Union Européenne ne peuvent rien faire contre le gré des maîtres de l’économie, que le premier dépendent ou non de la seconde ne risque guère d’avoir la moindre importance.

Ce faux débat entre partisans et pourfendeurs de ce qui est communément appelé « Brexit » est lancé par les politiciens dans le but de faire oublier que nulle résolution de la crise que la population subit ne sera possible sans l’abolition pure et simple de la dictature qu’exercent le grand patronat.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s