La contraception : un droit encore à défendre

C’est aujourd’hui l’anniversaire de l’adoption de la « loi Neuwirth », dépénalisant la contraception en France. Ce fut l’une des premières avancées dans le droit à disposer de son propre corps.

Par contre, le mérite de ce progrès ne revient ni au député qui a donner son nom à la mesure, ni à aucun autre dirigeant politique, mais aux mouvements de révolte de la rue, en particulier ceux pour l’égalité des sexes. Les parlementaires et le gouvernement n’ont quant à eux fait que suivre.

D’ailleurs, ces notables ont à l’inverse contribué à vider cette revendication de son contenu en prenant soin d’écarter le remboursement. La majorité des femmes restait donc privée de ce droit élémentaire.

De nos jours, de nombreux moyens de contraception restent exclus de la prise en charge par la Sécurité Sociale, et cet acquis est menacé par les fermetures d’établissements hospitaliers. Le combat pour les libertés est donc loin d’être obsolète.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s