Staline : un dictateur agent du capitalisme

C’est aujourd’hui l’anniversaire de la mort de Staline, dirigeant de l’URSS de 1924 à sa mort en 1953.

Encore qualifié de socialiste par certains, cet homme politique n’en a pas moins remis en cause des acquis de la révolution comme le droit à l’avortement. Son bilan à la tête de l’État est digne du tsarisme : camps de travail forcé, absence totale de libertés d’expression, famines imposées aux paysans au profit des classes privilégiées, ou encore la censure de la presse.

Il n’a pas hésité à piétiner les valeurs marxistes, notamment par sa théorie utopique du « socialisme dans un seul pays ». Cette exaltation du nationalisme était un reniement de la solidarité mondiale des travailleurs, et du pain béni pour les classes dirigeantes qui ont profité de la division du prolétariat pour s’engraisser.

Le régime de cet oligarque réactionnaire n’aura jamais représenté en quoi que ce soit l’idéologie communiste. Il a au contraire fossoyé les valeurs d’émancipation, en imposant aux peuples une dictature ultra-bureaucratique qui loin d’avoir combattu ce système d’exploitation d’êtres humains, l’aura à l’inverse considérablement renforcé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s