Deux tribuns qu’il ne faut pas soutenir

Sont qualifiés pour le second tour de l’élection présidentielle française de 2017, Marine Le-Pen et Emmanuel Macron.

1/ LE-PEN : UNE CANDIDATE PROFONDÉMENT RÉACTIONNAIRE

Madame Le-Pen appelle à la division des travailleurs, travailleurs qu’elle oppose afin de couvrir les intérêts de la haute bourgeoisie.

La présidente du Front National prône de bafouer la liberté de circulation des personnes (elle veut expulser de France bon nombre d’étrangers fuyant les guerres et la misère), elle préconise le déremboursement de l’avortement, promeut le fait que les opprimés se mettent mutuellement en concurrence et donc le fait qu’ils oublient de piocher dans les richesses du patronat…

2/ MACRON : QUELQU’UN DÉFENDANT LA FINANCE SPÉCULATRICE ET QUI RÉCLAME QUE LES PETITES GENS SE SERRENT LA CEINTURE

Monsieur Macron fait l’apologie de politiques purement antisociales. Il veut que des hausses de TVA et des économies réalisées via des démentellements de services publics financent de nouveaux crédits d’impôt en faveur des grands groupes.

Le candidat du mouvement « En Marche » œuvre pour la remise en cause d’acquis sociaux qui n’ont été obtenus qu’au moyen de combats populaires très éprouvants. Il est favorable à ce que les conditions de licenciement soient restreintes, à ce que les entreprises puissent baisser facilement les salaires malgré d’importants bénéfices, à ce que les taux de majorations obligatoires des heures supplémentaires soient réduits, et à d’autres injustices.

Cet ex-ministre n’est aucunement un rempart contre l’extrême droite. Bien au contraire, le projet de cet ancien banquier d’affaires fait monter la précarité, précarité qui elle-même engendre le fait que des citoyens déboussolés tombent dans les bras de partis nationalistes tels que le FN.

3/ DEUX PROJETS QUI SONT LA PESTE ET LE CHOLÉRA

Le 7 mai prochain, s’affronteront deux politiciens qui sont tous deux des valets de ce système consistant à faire passer les profits des milliardaires avant n’importe quoi d’autre. Tous deux prescrivent l’obéissance à la dictature qu’exercent les maîtres de l’industrie et de la finance sur le fonctionnement de l’économie.

Ni glisser dans l’urne un bulletin sur lequel il soit écrit le nom de Marine Le-Pen ni glisser un bulletin sur lequel il soit écrit le nom d’Emmanuel Macron ne sont nécessaires. Appeler à voter pour qui que ce soit parmi ces deux personnes-là est un mauvais coup porté à la justice sociale.

Ce qu’il faut impérativement, c’est attaquer le capitalisme de manière concrète, matériellement et de front. Les prolétaires doivent s’unir et lutter collectivement contre les oppressions, ils doivent faire disparaître le fait que les richesses soient placées sous la propriété quasi-exclusive des industriels riches à milliards.

Il n’existe aucun sauveur suprême. Les classes laborieuses doivent s’émanciper eux-mêmes, doivent mener grèves, manifestations, sabotages intelligents, réappropriations prolétariennes et autres actions de révolte.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s